Si vous pensiez qu'être riche, c'est être célèbre, posséder de grosses voitures, des bijoux hors de prix, faire du shopping pour le plaisir de dégaîner ses nombreuses CB créditées de plusieurs zéros...vous avez tout faux.

Le luxe, c'est bien plus que tout cela, et ça ne s'achète pas.

Le luxe, c'est de dire : OK pour mercredi, mais je te préviens, je suis out, j'ai besoin d'être chouchoutée, parce que les nuits courtes, les repas bruyants, les journées de 17 heures non-stop, ça m'a cerné plus que de raison...et d'entendre que le message a été bien compris.

Le luxe, c'est d'arriver chez elle, de débarquer toute la troupe de la voiture, et de trouver deux tables parées : l'une pour les enfants (option cuisine) et l'autre pour les mamans (option salon).

Le luxe, c'est de s'asseoir avec interdiction de voir ce qui se trame dans la cuisine, et de se laisser servir depuis l'entrée jusqu'au café. C'est de goûter des mets choisis et préparés avec doigté, où l'on apprécie l'expérience de l'excellente cuisinière. C'est d'apprécier la nappe de famille et les serviettes monogrammées, le beau sevice sorti pour l'occasion, la décoration soignée, le pain maison déposé dans la corbeille.

Le luxe, c'est de parler bricolage, décoration, cuisine, enfants, tandis que nos 9 anges démontent le plancher de l'étage, sans que cela nous fasse sourciller le moins du monde.

Le luxe enfin, c'est de repartir, sans sieste pourtant, mais moins cernée. C'est de quitter la maison le ventre bien rempli, et pourtant plus légère. C'est de trouver dans son sac de voyage une brioche aux fruits confits maison, pour profiter de cet état de grâce jusqu'au petit-déj' du lendemain. C'est enfin de border le soir ses enfants, et de les entendre dire : dis maman, on recommencera, hein? Oui mes chéris, c'est promis, on recommencera. Avec ou sans cernes, avec ou sans maris, on recommencera.

Le luxe, c'est ça.