Lorsque l'enfant paraît, le cercle de famille

Applaudit à grands cris.

Son doux regard qui brille

Fait briller tous les yeux,

Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être,

Se dérident soudain à voir l'enfant paraître,

Innocent et joyeux.

 

Je veille. Ne crains rien. J'attends que tu t'endormes.

Les anges sur ton front viendront poser leurs bouches.

Je ne veux pas sur toi d'un rêve ayant des formes

Farouches.

 

                                                             Victor Hugo

 

 

Enfin, enfin, notre petit bonheur est né, et nous ne nous lassons pas de détailler ses petits doigts si délicats, de nous extaser devant ses sourires aux anges, d'écouter sa respiration sereine et délicieuse après qu'il ait tété...il bouscule nos journées et nos nuits depuis une semaine déjà, et aucun des membres de la famille ne s'imaginerait vivre sans lui, tellement sa présence est une évidence.